Partager

Depuis quelques semaines déjà, presque tous les projecteurs de l’industrie musicale haïtienne sont fixés sur les préparatifs relatifs au déroulement du carnaval 2020, dont les trois jours gras sont prévus pour les 23, 24 et 25 février prochain. Les chansons carnavalesques arrivent de plus en plus sur les ondes. Comme d’habitude, nombre de groupes et artistes ne pensent qu’à ça. 

Entre-temps, à la surprise de plus d’un, Baky a décidé de faire autrement, en lançant le 7 février 2020 son nouveau single « Pote’l Banm », en featuring avec Medjy, le lead vocal du groupe Enposib. Une stratégie qualifiée de risque pour certains groupes et artistes haïtiens, par peur d’un échec commercial de leurs produits. 

La chanson qui dure quatre minutes chrono,  est construite sur une thématique à forte odeur de sensation et de controverse à la fois. Car elle parle des relations amoureuses entre hommes et femmes. Un sujet très prisé, notamment parmi les jeunes. 

En effet, le texte de « Pote’l Banm » sert de prétexte à Baky et Medjy de conseiller aux hommes d’être beaucoup plus gentils, affectueux et surtout attentionnés envers leurs conjointes, souffrant parfois de manque d’amour dans leurs relations. Ce qui ouvre dans certains cas, une fenêtre sur l’infidélité. La nature a horreur du vide, dit-on.   

D’un couplet à un autre, dans la caricature, les deux interprètes de « Pote’l Banm » se font passer pour des réparateurs des cœurs féminins brisés. « Si w pa renmen l ou mèt pote l ban mwen », reprennent-ils en boucle du début à la fin du morceau. 

Soutenu par un visuel plein d’esthétique, portant la signature de Dominique Télémaque de ALFAMEGA Productions, la popularité des deux artistes, le choix du sujet, « Pote’l Banm », qui annonce entre autres le troisième album de Baky, a presque tous les ingrédients nécessaires pour devenir un morceau à succès. 


Partager